Préparer son projet

Les appels à projets du Fonds pour le journalisme ont lieu quatre fois par an, à date fixe. N’attendez pas la dernière minute pour vous informer, pour proposer votre sujet à un média, pour prendre contact avec le secrétariat du Fonds et pour remplir le formulaire d’inscription.

Les dossiers de demande de bourses doivent être transmis au secrétariat du Fonds au plus tard (23h59) le 15 mars, le 15 juin, le 15 septembre ou le 15 décembre. Mais la préparation du projet commence bien en amont.

Pour qui ?

L’aide du Fonds pour le journalisme est accessible :

  aux journalistes professionnels (de la presse généraliste ou périodique spécialisée), indépendants ou salariés. Avec carte de presse officielle belge (SPF Intérieur).

aux journalistes stagiaires reconnus, avec carte de presse AJP.

aux projets collectifs, avec un·e journaliste agréé·e au moins. Un collectif peut être constitué d’un·e cadreur·euse, d’un·e dessinateur·trice ou d’un·e photographe… qui épaulent le ou la journaliste agréé·e. Seul ce·tte dernier·ère peut rentrer un projet au Fonds, mais il ou elle peut demander des financements pour le groupe. Dans ce cas, il faut cocher la case « projet collectif » dans le formulaire d’inscription en ligne.

Fonctionnement du Fonds pour le journalisme

La nationalité des demandeurs·deuses n’a pas d’importance. Mais il faut qu’ils·elles aient une carte de presse belge (voir ci-dessus). Et que l’enquête ou le reportage soit destiné prioritairement à un média de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Un·e journaliste doit attendre un an pour pouvoir introduire un nouveau projet. Ex. : précédent projet soutenu en juin 2019 ; nouveau recevable dès juin 2020.

Pour quoi ?

Les aides du Fonds servent à soutenir les projets d’enquête, d’investigation ou de grand reportage. Le ou la journaliste doit prouver que sans l’aide du Fonds, le projet ne pourrait être réalisé, faute de temps ou de moyens, humains ou matériels, nécessaires. Le Fonds n’est donc pas un producteur ou un coproducteur de sujets mais, en  apportant son aide, il donne l’impulsion de départ indispensable à un travail journalistique de qualité. Cette aide est destinée à apporter une plus-value journalistique au projet.

Tous sujets

Tous les sujets peuvent faire l’objet d’enquêtes. De gros travaux de recherche (ex. : une investigation, un travail data, une enquête exclusive…) mais aussi des retours sur une actualité récurrente (ex. : des actions pour le climat, des mouvements sociaux…) ou prévisible (ex. : des élections, des anniversaires…). Le Fonds vous permet d’approfondir les questions d’actualité, dans les matières sociales, économiques, politiques, judiciaires, internationales, culturelles, scientifiques, sportives, etc. Ces matières doivent intéresser le public de la Fédération Wallonie-Bruxelles et s’inscrire dans une démarche journalistique plutôt qu’artistique (travail d’auteur) ou essentiellement narrative. La quête d’informations profondes, cachées, originales doit être au cœur du travail.

Tous médias

Tous les médias d’information de la Fédération Wallonie-Bruxelles, représentés par au moins un journaliste professionnel, peuvent diffuser les sujets soutenus par le Fonds. Les projets soumis au jury sont destinés aux agences de presse, à la presse photographique, à la presse écrite quotidienne et magazine, à la radio, à la télévision ou aux médias d’information numériques.

Un partenaire média indispensable

Les journalistes sont les bénéficiaires des aides du Fonds. Mais préalablement, ils·elles doivent impérativement prendre contact avec un média de la FWB, expliquer leur projet et solliciter un accord de principe, écrit, de la part du média. Par ce document, le média s’engage à publier ou diffuser l’enquête ou le reportage et à rémunérer le ou la journaliste. Il peut s’agir d’un média écrit, audiovisuel, numérique…

Un conseil : ne prenez pas contact à la dernière minute avec un média ou un·e chef·fe de rubrique. Une collaboration sur un projet de fond, ça se prépare, ça se discute, ça se construit ensemble. Les médias ou les responsables de rubriques doivent s’impliquer dans le projet ; il faut leur laisser le temps de s’imprégner de votre idée. La collaboration sera d’autant plus riche.